Le Saut Quantique d'une Femme Chef d'Entreprise

Interview de Anne Anquetin, DG & Propriétaire de Passementerie Verrier Paris

1) Pouvez-vous nous décrire votre parcours initial svp ?
Formation ingénieur, Supelec, puis 25 ans de carrière dans l’industrie informatique, chez des prestataires de services, ou des éditeurs de locigiels, dans des fonctions de management. Grandes sociétés, gros clients, gros budgets, grandes équipes. Culture du résultat, du projet, du service client.



2) Quels ont été les déclencheurs et/ou accélérateurs pour changer d’orientation professionnelle ?
Mon métier m’a toujours permis d’être en contact avec des clients aux activités très diverses, et j’ai souvent changé d’équipes, de périmètre de responsabilité, de technologie, bref, c’est comme si j’avais pas mal bougé, sans forcément changer d’employeur. Et j’ai régulièrement pris de nouveaux challenges professionnels.
J’ai su assez tôt que de gré ou de force, il serait difficile de partir à la retraite dans ce secteur, qui de plus, est devenu peu porteur de sens pour moi au fil du temps.

Et j’ai depuis longtemps l’envie d’être aux manettes de mon propre business, mais pas dans l’informatique.
Après une courte pause il y a 7 ans où j’ai pu réfléchir à la création d’une entreprise, je suis finalement retournée chez un éditeur majeur de logiciel. 5 ans plus tard, nous nous quittons en bons termes, j’étais mûre pour mon projet entrepreneurial, les enfants presque tous partis de la maison en études supérieures ; le moment idéal pour me lancer dans une nouvelle aventure, sans retour arrière.

3) Qu’est-ce qui vous a décidé de reprendre Passementerie Verrier ?
Mon cadrage était clair : je voulais reprendre une entreprise qui fabrique un produit beau ou bon, en région parisienne. J’ai cherché activement pendant plusieurs mois, en essayant toutes les approches.
Quand j’ai ouvert le dossier Passementerie Verrier Paris, j’avais déjà un peu d’expérience pour analyser un dossier, un peu de connaissance du secteur, et surtout, j’avais des éléments de comparaison. J’ai vite compris que cette entreprise est unique et que j’avais des choses à y apporter, et j’ai fait une offre.
Après de longs mois de discussions, dont des moments où le vendeur ne voulait plus vendre, j’ai fini par signer en mars 2018, environ 10 mois après avoir commencé à m’intéresser au dossier.


4) Que diriez-vous à celles et ceux qui s’interrogent aujourd’hui sur la suite de leur chemin professionnel ?
On travaille pendant environ 40 ans, c’est long. Mon conseil est qu’il vaut mieux choisir que subir, et qu’il ne faut pas attendre avant de se faire vraiment plaisir.
Le parcours de Repreneur est long (18 mois environ), mais tellement riche de rencontres, d’apprentissages. Il m’a ouverte et fait progresser de bien de manières. Je suis aujourd’hui pleinement satisfaite de mes choix et de ma situation, ancrée, alignée, déterminée, même si le job de chef d’entreprise est loin d’être un long fleuve tranquille.

 

0
0
0
s2smodern

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.