L'ENGAGEMENT SOCIÉTAL, ou comment fédérer durablement

  • mercredi, 6 / 3 / 2019
  • Transitions
  • Vahinala Raharinira-Douguet

LA RSE COMME OPPORTUNITÉ 

Aujourd’hui, la question de la RSE est vue par les entreprises les plus progressistes comme une réelle opportunité et une garantie de compétitivité, et non plus comme une contrainte ou une simple obligation légale.

Certains dirigeants n’hésitent pas à parler de cercle vertueux de l’engagement sociétal.

Une étude publiée en 2015 par France Stratégie, qui a scruté 8500 entreprises françaises de 10 salariés ou plus, confirme ce lien entre engagement et résultats. En effet, selon cette étude, les entreprises qui se préoccupent de RSE ont une performance économique en moyenne supérieure de 13% comparées à celles qui ne le font pas.

Pour les entreprises qui ont investi dans la RSE en interne, l’écart est plus important et s’établit en moyenne à 20%. Ce qui confirme que l’investissement sociétal d’une entreprise fidélise et motive ses salariés. Comme le souligne André Coupet, spécialiste des entreprises progressistes, l’enjeu principal pour l’entreprise est d’intégrer la RSE dans la Stratégie, et donc de passer d’une RSE palliative à une RSE stratégique en transformant les menaces en provenance de l'environnement de l'entreprise en opportunités d'affaires et en dégageant de nouveaux avantages concurrentiels.

 

FAIRE BOUGER LES LIGNES

Avez-vous entendu parler de ces quelques dirigeants d’entreprise Français défendant, contre des Sénateurs Français, un texte qui incite les entreprises à une meilleure intégration des enjeux extra-financiers dans leur activité et pourquoi pas, de se doter d’une « raison d’être » ?

Il ne s’agit absolument pas d’un canular ! C’est exactement ce qui s’est passé en février dernier lors du débat au Sénat sur un projet de loi, appelé PACTE, dont l’article 61 introduit l’obligation pour toute société d’être «gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité».

Des entreprises qui souhaitent défendre des enjeux autres que financiers ? Des dirigeants d’entreprise qui rappellent à des élus de la République qu’il faudrait défendre la notion de Responsabilité ? c’est pourtant la réalité d’aujourd’hui !
En effet, l'Entreprise a littéralement changé dans son rapport avec le monde, mais aussi avec ses parties prenantes internes et externes.
Depuis le Sommet de Rio en 1992, les acteurs du monde économique se sont engagés à démontrer que les Organisations sont aussi pleinement concernées par cette quête commune d'un développement durable et de sociétés en Transition. De là est né le concept de Responsabilité Sociétale de l'Entreprise (RSE).

Pour illustrer, 70 % des entreprises sont conscientes qu’elles doivent devenir sociétales (Source : Deloitte - Tendances RH, 2018). Et seuls 15 % des salariés sont impliqués dans la stratégie RSE de leur entreprise alors qu’ils sont 70 % à vouloir l’être davantage (Source : Baromètre RSE Ekodev, Des enjeux et des hommes-Occurrence, novembre 2017).

 PHOTO3 rawpixel 661919 unsplash

DÉFIS ET BÉNÉFICES DE LA RSE POUR LE DIRIGEANT & LE MANAGER

Le manager et le dirigeant d’aujourd’hui doivent comprendre que le principal défi pour eux est le changement de paradigme et la transformation d’un modèle obsolète au sein de leurs organisations.

On attend d’eux qu’ils pilotent une Politique RSE proactive, créatrice de valeurs avec et pour les parties prenantes (Clients, Salariés, Fournisseurs & distributeurs, Actionnaires, Territoire & Environnement) basée sur le long-terme et la coopération et non plus sur le court-terme et la domination, caractérisant les entreprises conservatrices comme le souligne André Coupet.

N’ayons pas peur des mots, le manager et le dirigeant d’aujourd’hui sont amenés à être authentiques et à garantir cet objectif de création de valeur partagée avec et pour les parties prenantes. Faire de la RSE sans authenticité, c’est prendre le risque de subir des crises de réputation et d’image. Cela rappelle le cas de Volkswagen et du scandale des moteurs truqués.

Pour rappel, Volkswagen était une entreprise longtemps citée comme référence en RSE, mais dont un système de fraude lors des tests antipollution, utilisé pendant 10 ans, avait été révélé au grand public. Conséquences directes : sa capitalisation financière fond de près de 40%, son patron contraint à la démission et le groupe fait l’objet de multiples enquêtes et procédures judiciaires dans plusieurs pays dans le monde. Sans oublier le coût financier et humain du scandale : 16 milliards de dollars en tout et 30.000 collaborateurs licenciés. Plusieurs autres cas de greenwashing ont également été révélés ces dix dernières années. Les exemples ne manquent pas.

L’autre défi pour les dirigeants et les managers est de réussir à recruter et fidéliser des talents, aujourd’hui de plus en plus exigeants sur les raisons d’être et les valeurs des Organisations. Il y a une pression de la part des jeunes générations qui arrivent actuellement sur le marché du travail, notamment les Millenials, sensibles aux valeurs de solidarité, d’humanité et d’épanouissement. Les dirigeants ont ainsi à gérer une double pression, Client-Talent, et parfois une pression supplémentaire des autres parties prenantes. D’où l’importance d’une vision claire et partagée de l’engagement sociétal.

En termes de bénéfices, il est clair que le dirigeant et le manager ont un rôle central dans la mise en place des démarches RSE et la coordination des différents talents et compétences dans leurs Organisations. Le dirigeant peut être valorisé en tant que leader authentique, s’il réussit à impulser une réelle dynamique d’adhésion et cela peut aboutir à la création d’une Communauté de valeurs.
Comme souligné plus haut, la RSE est un levier de fidélisation des salariés, améliore incontestablement la productivité et la performance économique. Travailler dans une organisation avec des valeurs et une raison d’être, crée un sentiment d’appartenance pour les collaborateurs.

Le dirigeant ou manager d’aujourd’hui, s’il se saisit de la RSE de manière authentique et partagée, peut tout à fait en faire une vraie différenciation stratégique !

 

Vahinala RAHARINIRINA-DOUGUET
Experte RSE & Développement Durable
TRANS-HUMANS©

 

crédit photos : Unsplash

0
0
0
s2smodern

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.