L'ALIGNEMENT PAR LES VALEURS : DE L'INTÉRIEUR VERS L'EXTÉRIEUR

"Lorsque des personnes, notamment des leaders, agissent uniquement dans leur propre intérêt, elles ne compromettent pas seulement leur propre bien-être futur, elles compromettent également celui de l'organisation, du groupe, de la communauté ou de la nation auxquels elles appartiennent" Richard Barrett - "l'entreprise inspirée par les valeurs".

Parler de valeurs, c'est finalement parler de l'Être, de la vie, du mouvement, de la responsabilité, de l'évolution, de ce qui est important pour nous à un instant donné, et de la traduction de cette importance dans notre comportement.

Lorsque ce que nous montrons à l'extérieur, est différent de ce que nous sommes à l'intérieur, et inversement, alors nous avons une difficulté d'alignement pour être une seule et même personne. C'est un tiraillement permanent de cesser d'être ce que l'on est pour être dans ce que l'on représente. Et le temps faisant, ce tiraillement devient de plus en plus lourd à porter, lorsque l'on est psychiquement équilibré.

Nous nous sommes tous retrouvés dans des situations où nous avons été plus ou moins contraints de jouer un rôle, d'endosser un costume mal taillé dans lequel nous nous sommes sentis, soit trop à l'étroit, soit trop flottant ; et dans les deux cas, nous avons ressenti ce malaise de ne pas être à notre place. Cela arrive aussi bien dans un cadre personnel que professionnel.

Parler d'alignement par les valeurs, consiste donc à rapprocher et à réconcilier les deux faces de nous-mêmes : ce que nous sommes et ce que nous donnons à voir. Mais il y a quelques années, j'ai également compris que cela consistait à rapprocher et à réconcilier notre intelligence rationnelle de notre intelligence émotionnelle. L'une sans l'autre, et nous sommes en déséquilibre.

Lorsque les valeurs sont présentes et nous permettent de nous sentir alignés, elles libèrent notre plein potentiel humain de façon durable pour nous aider à trouver notre place dans le Monde et agir avec notre puissance. Les valeurs sont évolutives, parce que vivantes comme nous, et nous suivent tout au long de notre chemin de vie.

Pour illustrer mon propos, je vais vous parler d'une situation réelle que j'ai vécue et qui m'a marquée professionnellement et humainement.

Il y a quelques années, quand j'étais manager d'équipe dans un grand groupe bancaire, j'ai dû prendre une décision difficile : celle de licencier mon assistante suite à une énième faute d'étourderie, sauf que celle-ci était grave : elle préparait mon déplacement à l'étranger, et avait oublié l'enveloppe de devises à la photocopieuse ; enveloppe qui contenait quelques 800$ (il y a plus de 15 ans). Et à ce jour, je n'ai aucun doute sur le fait que cette enveloppe n'est pas allée dans sa poche, mais que c'est une personne malveillante qui l'a subtilisée.

Pour comprendre la suite, il est important de savoir que je n'avais pas recruté cette personne et en avais "hérité" par défaut, comme une "patate chaude" qui passait de manager en manager, tellement personne n'était content de son travail. Me voilà donc manager de cette personne très distraite et visiblement pas du tout passionnée par son métier. Plusieurs de mes collègues m'ont dit "bon courage" et quelques semaines d'entraînement ont suffi pour comprendre que j'allais trouver le temps long. Pourtant en discutant avec elle chaque fois que je lui faisais un feedback et essayais de lui apprendre comment ne pas reproduire certaines erreurs, je constatais qu'il n'y avait aucun problème de raisonnement, de réflexion. Mais où était donc le problème ?

Après cette faute grave donc, ma HRBP m'a fait comprendre que je devais la licencier en constituant un dossier compromettant sur elle car elle était déléguée du personnel, ou équivalent ; ils avaient donc peur qu'elle fasse "du bruit".

C'était un truc qui ressemblait à "tu ne discutes pas avec elle, tu la dégages".
Et je me suis entendue répondre "ça ne fait pas partie de mes valeurs d'agir comme ça". Et de recevoir "je ne te demande pas de penser ou d'y mettre le coeur, elle doit dégager. C'est tout. Après, tu pourras recruter la top gun que tu veux".

Je n'ai plus rien dit et suis partie avec un sentiment de malaise intérieur. Outre le fait que la demande de la RH allait prendre des mois et que c'est moi qui en allais en pâtir dans l'intervalle, il y avait derrière cette proposition, quelque chose de moche qui ne me convenait pas.

Pourquoi suis-je obligée d'en arriver là ?
Je n'avais pas la meilleure des assistantes, mais elle n'était pas malhonnête. Sans rien dire, j'ai refusé la logique du deal que me proposaient les RH parce que ça ne m'allait pas du point de vue des valeurs, de salir une personne qui ne m'avait rien fait.

Un soir, je lui ai demandé de rester plus tard et ai attendu que les bureaux se vident pour la faire venir dans le mien et m'entretenir avec elle. J'ai laissé tomber mon armure de manager et lui ai parlé d'humain à humain pour comprendre. M'assurer déjà qu'elle n'était pas à l'origine de cet incident fâcheux ; savoir ce qu'elle pensait de son job : elle le détestait et le trouvait sans intérêt ("tiens, prends ça..."), car ce qui l'intéressait, c'était d'être horticultrice (!!). Elle adorait les fleurs....

En 24h, je suis parvenue à un accord qui la ravissait (être licenciée sans préavis avec le paiement d'une école d'apprentissage pour devenir horticultrice et lui permettre de se projeter dans une nouvelle vie) ; accord qui me permettait de me sentir alignée avec mes valeurs et d'éprouver le sentiment d'avoir fait quelque chose de bien et d'utile.

Ma HRBP m'a dit plus tard "tu es folle. Tu t'en es bien sortie, mais ça aurait pu mal se passer".

C'est à ce moment là que j'ai compris ce que voulait dire l'entropie personnelle. C'est-à-dire la quantité d'énergie guidée par la peur, et qui aboutit à des comportements et des décisions qui ne font pas sens. Si je l'avais écoutée, c'est probablement ce à quoi j'aurais abouti. Et partant de là, j'aurais engendré cette négativité dans mes interactions. Cela se passe comme ça dans de nombreuses organisations.

Rappelons que les valeurs sont nos idéaux, qu'elles représentent ce qui est important à nos yeux, qu'elles sont universelles et sont la résultante de nos besoins, c'est-à-dire une chose que nous souhaitons avoir ou vivre pour soulager une détresse, nous rendre plus heureux et nous permettre de nous sentir alignés avec ce que nous sommes profondément.

Nos pensées, sentiments et émotions s'appuient sur le socle de nos valeurs et les traduisent en comportements et en actions.

C'est aussi parce que beaucoup de décisions ou d'actions sont prises sans cette connexion émotionnelle qu'elles ne font pas sens, qu'elle ne créent pas d'adhésion, qu'elles n'engagent pas, qu'elles n'impactent pas positivement.

Comment pouvons-nous exercer un leadership authentique sans nous appuyer sur nos valeurs ? Et si nous ne sommes pas alignés avec elles, comment cela se traduit-il ?

Les valeurs sont la clé de voute de notre conduite car elles agissent sur l'ensemble de nos décisions : de façon positive lorsque nous avons nourri nos besoins fondamentaux ; de façon limitante lorsqu'elles sont issues de nos peurs ou de nos angoisses.

Réussir à rapprocher nos êtres : intérieur (caractère profond) et extérieur (représentation), nécessite de s'engager ou d'être dans un développement psychologique qui nous amène à l'individuation, et ensuite à différents niveaux d'accomplissement de soi (cohésion interne, faire la différence, être au service de).

Ce moment à l'âge adulte, où nous commençons à dissocier ce que nous avons reçu en héritage, de ce que nous souhaitons réellement être. Nous avons alors la capacité à différencier ce qui nous entrave de ce qui nous aide, à nous libérer des conditionnements et à rapprocher nos deux êtres pour les mettre d'accord. C'est le fameux alignement, appelé aussi congruence.

Cet alignement nécessite courage et détermination, nous libère et génère un épanouissement & un ancrage qui renforcent notre confiance, nous permet de nous assumer pleinement tels que nous sommes avec nos forces et nos failles, et nous évite de dériver.

Les valeurs donnent du sens à nos actions et structurent nos relations et les modes de coopération que nous voulons promouvoir. Elles nous permettent d'adopter une ligne de conduite partagée par celles et ceux qui s'y reconnaissent, car c'est par cet ADN que nous nous reconnaissons, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Enfin et non des moindres dans le contexte actuel, être aligné.e avec ses valeurs, aide à gérer la complexité des situations que nous traversons et à constituer le point fixe sur lequel nous pouvons nous reposer.

S'appuyer sur nos valeurs génère la confiance. La confiance engendre l'ouverture. L'ouverture favorise l'apprentissage. L'apprentissage conduit au développement de soi qui lui-même nourrit le Monde.

Et si vous en preniez le chemin pour aller d'un être à l'autre ?

Claire COUROYER

Contribution au Livre Blanc de Chateauform (à télécharger)

0
0
0
s2smodern

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.